« Il faut arrêter de prendre les électeurs pour des cons » – Régis Lefèbvre

Régis Lefèbvre est l’auteur et co-scénariste -avec Dan Franck- de la série « Les hommes de l’ombre » diffusée récemment sur France 2. Interrogé sur le nouvel exercice que représente la fiction politique, il revient sur le succès récent de sa série.

« La Conquête », « Pater » ou « L’exercice de l’Etat » au cinéma, « Borgen » et « les Hommes de l’ombre » à la télévision voire même quelques pièces de théâtre, le monde politique est devenu source d’inspiration pour les scénaristes et les réalisateurs: pourquoi ?

La politique est un spectacle ! Le cynisme, l’ego, l’ambition pour le pouvoir de nos hommes et femmes politiques en font un théâtre formidable. Mais paradoxalement, ils ont souvent été et restent de mauvais acteurs.
Une faille qui ouvre une fenêtre à l’industrie du spectacle, complètement légitime pour s’emparer de cet exercice. La proximité des prochaines élections rend probablement, également, le public plus réceptif.

Le storytelling politique et la façon de certains hommes politiques de se mettre en scène est-il un autre facteur d’explication ?

Il est évident que la révolution en cours depuis quelques années rend le travail des scénaristes plus facile: un certain mystère entourait auparavant la vie politique alors qu’aujourd’hui, la politique produit un spectacle quotidien pour nourrir une machine médiatique qui en re-demande sans cesse.

Il n’y a plus de spontanéité mais des scénarios pré-écrits par les états-majors, quitte d’ailleurs à désacraliser leurs « patrons » ! Nous souhaitions montrer aux téléspectateurs-citoyens français le off, la cuisine de la politique quand eux sont cantonné à la suivre côté salle, sur les chaînes d’information en continu.

Vous décrivez un monde politique très manichéen, où les alliances, marchandages et autres mensonges d’Etat occupent une place plus importante que celle des idées ?

Nous avons réalisé un feuilleton politique, avec toute l’imagination et la dramaturgie que cela comporte. Mais nous souhaitions rendre compte de la vie politique de la façon la plus vraie possible, la rendre intéressante sans la caricaturer pour autant. Quand nous évoquons la reconversion de certains hommes politiques en avocat dans le but plus ou moins dissimulé d’exercer une activité de lobbyiste, nous n’inventons rien !

L’actualité du jour me donne raison: l’arrivée programmée de Jean-Louis Borloo à Veolia pourrait très bien être tiré d’un de mes scénarios, avec l’ancien Ministre de l’Environnement, l’ancien P-Dg Henri Proglio et l’actuel Président de la République Nicolas Sarkozy dans les rôles des méchants. La vie politique s’est moralisée ces derniers temps mais il faut arrêter de prendre les électeurs pour des cons ! Les hommes politiques croient encore que les Français sont naïfs et ne parviennent pas à décrypter la politique. C’est complètement faux.

Vous avez été directeur de cabinet de François Bayrou et Philippe Douste-Blazy avant de partir fonder l’UMP: dans « Les hommes de l’ombre », les centristes l’emportent finalement sur l’aile droitière du principal parti de droite.
Vous êtes confondu, signez-vous votre mea-culpa ? 

(Rires)… Mon expérience politique m’a servie pour documenter cette fiction, mais je ne l’ai pas écrit en tant que collaborateur politique, simplement comme un citoyen avisé bénéficiant d’anecdotes et de quelques souvenirs. Conter la conquête du pouvoir, raconter une campagne présidentielle à quelque mois de véritables échéances électorales, c’est un jeu très sensible et à hauts risques.
Avec Dan Franck, nous étions prévenus et ne souhaitions pas être accusés de rouler pour Nicolas Sarkozy ou François Hollande.

Il était donc important de ne pas faire gagner le candidat de gauche ou de droite, mais justement de sortir de ce clivage qui structure la vie politique française de façon binaire. D’où également notre volonté d’éviter les rapports de force convenu entre droite et gauche mais de zoomer sur l’affrontement, les luttes d’influence qui peuvent se jouer au sein d’une même famille politique.
Mais cela reste une fiction, il ne faut pas essayer de chercher un soutien subliminal à un candidat et à qui pourrait correspondre tel ou tel personnage de la série.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s