Mes voeux… pour les médias

A tous mes lecteurs (qui est la mauvaise langue à dire que vous n’êtes que deux?), je souhaite une bonne et heureuse année 2011. Ne me remerciez pas, c’est la moindre des choses. D’autant plus que c’est avant tout un moyen de vous joindre mon traditionnel jeu des bonnes résolutions. Pas les miennes, non, mais celles nécessaires d’une information de qualité.

Une année 2011 placée –je l’espère- sous le signe du renouveau des médias. Ben oui, je ferais mon arrivée sur le marché de l’emploi prochainement, et autant faire le métier que j’aime, non ?

Alors, par quoi aurait-dû débuter l’actualité 2011 ? Des réactions de l’ensemble de la classe politique sur une allocution électoraliste de Manuel Valls ? Ou plutôt un état des lieux rétablissant certaines contre-vérités sur le coût du travail en France, une mise en perspective des différents modèles de l’organisation du travail en Europe ?
La presse ne s’en sortira qu’en éditant des journaux de qualité. Il serait ainsi temps de casser avec une actualité breaking news, non hiérarchisée, où l’on passe d’une petite phrase à un joli lapsus, oublié aussitôt à la faveur d’une polémique sans intérêt…

Les « idées saines » de Serge Dassault dans son quotidien Le Figaro, et notamment ses voeux à ses lecteurs, font régulièrement polémique…

En 2011, j’attends également des médias qu’ils ne tombent pas de nouveau dans le piège du jeu politique. Les médias doivent reprendre le pas sur l’agenda politique, et non se le laisser dicter : expliquer les problèmes importants plutôt que proposer un déluge continuel de distractions et d’anecdotes insignifiantes.

Vous me direz, cela serait plus simple si les politiciens – en premier lieu notre Président – stoppaient leur jeu de rôle grandeur nature et réhabilitaient leur fonction, retrouvaient le service minimum des idées.
Mais caméras et micros ont également leur part de responsabilité : outre qu’elle place sans cesse l’homme politique dans la lumière, jusqu’à ce que lapsus il y ait, les médias devraient assumer leur rôle de témoin et arrêter de jouer la partition de l’anti-sarkozysme. On en finirait presque par se lasser.

En évoquant le Président de la République, j’ose espérer qu’en 2011, la politique ne se résumera pas une nouvelle fois, à de simples stratégies de communication et autres luttes de personnes, mais qu’elle retrouvera enfin de son épaisseur.
Car finalement, le journalisme perd de sa portée en traitant des boules puantes et des tactiques de la politique, en traitant des sujets… qui n’intéressent en fait que les politiques et les journalistes politiques.

Et si finalement, nous nous apercevions en 2011 que tout ceci était lié. Que « manipulation » il y aurait faute d’analyse, de documentation. Que les médias et la politique étaient finalement responsables de leur propre suicide. Si cela permettrait de changer les choses en 2012, alors 2011 serait déjà une très belle année en fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s