Joly, de l’éthique à la politique ?

Et l’écologie politique fût ! La fusion Europe Ecologie-les Verts a été actée samedi, une fusion qui doit permettre de donner naissance à un mouvement politique autonome et crédible en vue des prochaines élections présidentielles de 2012. L’idée : concrétiser les bons scores obtenus aux européennes de 2009 et aux régionales de 2010.

Il va falloir s’y faire : les écolos prennent de la bouteille et planchent désormais comme un vrai parti de gouvernement. Mieux, ils soignent déjà l’image du ou de la candidate pressentie pour  2012 : Eva Joly.

« J’aurais pu écrire sur l’OPA des Verts sur les instances d’Europe Ecologie et la gauchisation de l’écologie politique. Mais non, allez savoir pourquoi, j’entrepris de fouiller la vie d’Eva Joly. Très vite, les larmes me montèrent aux yeux (bon, j’en rajoute un peu)… »

Et là-dessus, les Cohn-Bendit, Bové, Jadot et compagnie ont déjà une longueur d’avance sur tous les autres partis. Profitant de l’habileté médiatique naturelle d’Eva Joly, ils appliquent à merveille le principe du storytelling (littéralement, raconter une histoire), quitte à remanier l’histoire pour séduire.

Europe Ecologie s’est révélé en obtenant 16,01% des suffrages aux dernières élections européennes. Se plaçant juste derrière le Parti Socialiste…

De quoi vous faire réellement douter sur la personnalité romaine d’Eva Joly, que l’on dit si « attachée à la notion de bien public, elle qui souhaite remettre la politique à la poursuite du bien commun »… Ne souhaiterait-elle pas simplement se faire élire, à grands renforts de campagne de communication ?

A sa décharge, Eva Joly a une excuse. Avant de séduire les Français, il faut déjà que la députée européenne se fasse adouber par ses propres militants. Notamment, rattraper une crédibilité écologique -déjà bien entamée avec sa dernière sortie sur le nucléaire-.

« Le nucléaire représente 80% de l’électricité produite. Je ne veux pas prendre de douches froides dans le noir au nom de la décroissance », a-t-elle déjà aboyée…

Son équipe dit vouloir « jouer la carte du langage de vérité, pour coller à la personnalité  d’Eva » afin de faire évoluer les consciences… Avant tout, la Madame « éthique d’Europe Ecologie va devoir élargir son champ de compétences.  Ce à quoi elle s’emploie déjà. D’un naturel discret, l’ancienne juge anti-corruption arpente le terrain depuis des semaines, à la rencontre des électeurs. Essentiel pour assurer la passation entre « figure éthique » et « candidate populaire ».

Eva Joly est encore en phase d’apprentissage de son nouveau métier. Modeste fille au pair, elle devient célèbre dans les années 90 pour sa traque effrénée de grands patrons et leaders politiques. Strauss-Kahn, Bernard Tapie, Loïk Le Floch-Prigent… cette magistrate norvégienne installée au barreau de Paris n’oublie personne.

Symbole bien malgré elle d’une justice spectacle, elle pâtit aujourd’hui des nombreuses relaxes dont ont bénéficié « ses » mis en examen. Un côté carriériste que ne manqueront pas de lui reprocher ses adversaires si Eva Joly devient une candidate sérieuse et dangereuse. Comme son flirt avec le MoDem avant d’opter pour Daniel Cohn-Bendit comme mentor politique.

Des petites erreurs qui apportent paradoxalement une vraie bouffée d’air frais à dix-huit mois des élections. Avant que le combat pour la présidentielle  ne commence réellement. Et en ces temps de pseudo-remaniement, cela fait du bien un peu de renouvellement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :