Retraites : bataille rhétorique et politique zéro

Ça y est. Les articles-clés du texte sur les retraites ont été adoptés au Sénat ! Non pas que je me réjouisse de la prochaine adoption d’un texte loin d’être optimal ! Ou de pouvoir grimper à nouveau sereinement dans les transports en commun. Mais il faut bien se le dire : la réforme était nécessaire. Et les manifestations inutiles…

Et merde… Combien de lecteurs ai-je à nouveau perdu après cette dernière provocation… Attendez de lire la suite, SVP…

Les deux assemblées, pressées par le gouvernement et le Président de la République ont déjà voté les mesures phares du projet. Et ce, avant même que n’aient commencé les grèves reconductibles. Signe ultime, selon moi, que le débat n’a jamais été souhaité. Ultime signe, je l’espère, d’un débat tronqué qui empreint notre vie politique depuis juin dernier.

La semaine dernière, Libération relatait cette passe d’armes : « Quand le PS présente son contre-projet de réforme des retraites, il affirme qu’il glanera 3 milliards d’euros avec une majoration de 15 points de l’impôt sur les sociétés des banques. L’estimation est avantageuse car elle se base sur les années les plus fastes en matière de profits bancaires. Mais plutôt que de rectifier, la droite préférera enfoncer le clou… quitte à raconter n’importe quoi : la taxation n’apportera que 300 millions, se moquent Woerth et Fillon. Qui répondent donc à une exagération par une plus grosse exagération encore. »

Dans un autre registre, Ségolène Royal, alors candidate à la présidentielle de 2010, avait inventé le mot « bravitude » en lieu et place de « bravoure ».

Une surenchère stérile censée illustrer la technicité du débat. Mais la technicité – invoquée pour justifier l’absence de débat de fond – est-elle réellement un handicap pour les politiques, pourtant professionnels de la vulgarisation et roi de la pédagogie lorsqu’ils entrent en campagne ? Non. Simplement, employer un vocabulaire technique, donnant qui plus est l’illusion de l’érudition, peut accroître la crédibilité d’une information.

Le mensonge, comme la communication, ne sont pas des phénomènes nouveaux en politique. Mais l’usage d’une stratégie rhétorique, elle,  présente le défaut de niveler le débat par le bas : euphémisme, approximations réfléchies, mensonges par omission, vaporeuses ambiguïtés, multiplication de contre-vérités…

Les procédés ne manquent pas… pour faire douter le citoyen sur la crédibilité de la parole politique. Pire : la politique-comédie est plébiscitée. Je ne prends donc pas de risques lorsque j’avance que « cette berlusconisation de la vie politique française devrait continuer en s’accentuant ».

Déjà il y a quelque mois, Christine Lagarde usait du néologisme « rilance » pour qualifier la politique économique française, oscillant entre la rigueur et  la relance. Drôle. Inquiétant aussi.

Le président de l’Alliance Centriste Jean Arthuis avait répondu ironiquement à Christine Lagarde. 

Je ne m’en étais pas alarmé sur ce blog. J’ai eu tort. Tous bords confondus, les politiques ne cessent de multiplier ces procédés de désinformation.

Illustration toute simple, les discours politiques –lorsqu’ils ne sont pas répétés mot pour mot– emploient toujours le même schéma d’argumentation: Rendre la position de l’adversaire grotesque, inacceptable. Avant d’exposer sa propre position, solution qui est bien entendue « la plus raisonnable ». Or, entre le blanc et le noir, il existe bien souvent de nombreuses nuances de gris. A méditer,

Non, finalement je vais chuter par une citation de Gérad Longuet, patron des Sénateurs UMP : c’est une fois la loi votée que « le dialogue va s’ouvrir » … Ah ! On comprend mieux, maintenant…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :