David Sénat, obscur conseiller ou gorge profonde ?

En quinze jours d’intervalles, le nom de David Sénat est revenu deux fois dans les kiosques à journaux. Dernièrement, à propos de sa garde à vue dans l’affaire Visionex ; préalablement, pour avoir été identifié par les services de renseignement comme LA source du quotidien du soir « Le Monde », dans l’affaire Woerth/Bettencourt. Coïncidence ou non, ce pourtant discret ex-conseiller de Michèle Alliot-Marie passe rapidement d’illustre inconnu à ennemi du pouvoir.

Traînant plusieurs casseroles derrière lui, David Sénat, 45 ans, se savait-il en danger au point de souhaiter partir sur un dernier éclat anti-sarkozyste ? Ou bien a t-il subi les ambitions de Première Ministrable de son employeur ? Directement « outé » par MAM dans sa course à l’irréprochabilité, ou alors savamment pris pour cible par quiconque souhaitait déboulonner la gaulliste dans sa course à Matignon ?

Pas simple de se faire une idée. Voire impossible… Rassurez-vous ! Même si vous n’êtes pas amateur du billard à trois bandes, la suite est passionnante 😉

De l’Affaire Woerth au bagne de Cayenne…

D’autant plus difficile d’avancer l’une ou l’autre des thèses que les langues ne se délient pas facilement: le cabinet de Michèle Alliot-Marie rejette en bloc les accusations. Pas de commentaires sur le cas Sénat. L’ancien commissaire-divisionnaire de la DST (direction de la surveillance du territoire, fusionné depuis dans la DCRI) Jean-François Gayraud, déclassé pour avoir trop mouiller dans Clearstream et co-auteur de deux ouvrages avec David Sénat, n’a jamais daigné nous répondre. Circulez, il n’y a rien à voir.

L’éviction de Sénat n’est pourtant pas une simple mutation d’un haut-magistrat dévoué à Michèle Alliot-Marie (NDLR, David Sénat est officiellement chargé depuis début septembre d’une mission de préfiguration de la Cour d’Appel de Cayenne). Son éviction est bien plus politique : il ne dérangeait pas que depuis aujourd’hui. Lorsque l’élue du Pays Basque prend la tête du Ministère de la Défense en 2003, David Sénat est déjà en poste là-bas : c’est une de ces particularités. Il a mené la plus grande partie de sa carrière dans des cabinets ministériels, et non dans des juridictions. Il va vite se montrer indispensable à l’ancienne présidente du RPR, auteure jusque-là d’un sans-faute en politique nationale et peu adepte -en apparence- des traditionnelles boules puantes.

Il suit MAM dans sa valse des Ministères régaliens

C’est donc David Sénat, en charge des « affaires sensibles » de MAM, qui gère le dossier Clearstream en 2006. Pour autant, son rôle – intrinsèquement lié à celui de la Ministre pour ne pas dire à celui des chiraquiens/villepinistes et de l’ex-patron des RG Yves Bertrand- n’a jamais été véritablement  éclairci dans cette affaire. Seule évidence donc: sa proximité avec Jean-François Gayraud, un commissaire-divisionnaire du contre-espionnage français (DST), auteur d’une enquête sur Clearstream jugée « déloyale » et débarqué dans la foulée de son arrivée à l’été 2007 par le pouvoir sarkozyste,  alors que le nouveau Président était persuadé que cette « police politique » -qu’il a d’ailleurs réformé en juillet 2008- a œuvré contre lui dans cette affaire. De là à dire que l’amitié entre David Sénat et Jean-François Gayraud faisait mauvaise figure…

David Sénat, en retrait de sa Ministre de tutelle.

Malgré son passé chiraquiste, MAM est bien du premier gouvernement Fillon: après cinq ans à la Défense, elle déménage en 2007 au Ministère de l’Intérieur. Devinez qui est dans ses valises ? David Sénat. Désigné « Monsieur religion », il tue dans l’œuf le projet de créer une association laïque musulmane. Étape pourtant indispensable à la mise en marche de la nouvelle lubie de Nicolas Sarkozy, l’Union pour la Méditerranée. Par la suite, cet homme de l’ombre se fait à nouveau remarqué puisqu’il est à la base du renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris, de l’église de Scientologie, en 2009. Une initiative qui rompt avec la tradition d’indulgence, développée sous Jacques Chirac et le début du mandat de Nicolas Sarkozy. Sa réputation ne s’améliore pas auprès des proches du Président de la République.

Mis au placard pour d’autres raisons ?

Mais Michèle Alliot-Marie ne se démonte pas.  Lorsqu’elle prend les rênes de la Chancellerie en juin 2009, elle emmène à nouveau son fidèle conseiller judiciaire, chose plutôt rare dans ce petit monde. C’est sans compter sur l’éclosion d’un nouveau dossier, datant de son passage Place Beauvau: l’affaire Visionex. David Sénat aurait succombé à une opération de lobbying de la part du patron de Visionex, aidé du fils d’un ancien Garde des Sceaux (Albin Chalandon), qui visait à favoriser l’installation de fausses bornes internet permettant des paris clandestins dans des bars et cafés. Tout deux ont depuis été mis en examen et incarcérés.  L’audition de David Sénat est alors  inéluctable et fait désordre. Elle aura lieue fin septembre 2010…  entraînant sa mise en examen, dans la foulée.

Fini de fouiller dans le passé, revenons au présent. Pourquoi  lui ? Parmi la multitude de hauts-fonctionnaires contactés discrètement par les journalistes à propos de l’affaire Woerth/Bettencourt, combien ont vu leurs fadettes (NDLR, relevé de factures téléphoniques) épluchées ? Dans le collimateur pour d’autres raisons que les simples fuites à la presse, figurait-il sur une liste d’ennemis du pouvoir… avant que ne soit effectivement identifié des échanges téléphoniques avec un journaliste du Monde, sur la facture de son portable.

Après les fuites, l’explosion…

Discret en dehors, David Sénat était bien connu de la classe politique. Son appartenance au supposé « cabinet noir » de MAM, (composé d’un triumvirat d’antisarkozystes: Olive, Jervakhoff et lui) ne fait pas de doutes. D’où également les remontrances instantanées de Chatel, Hortefeux et consorts, lorsque son nom est évoqué pour la première fois.

Même Dominique de Villepin, pourtant ennemi de Nicolas Sarkozy et amateur de coups bas, a déclaré à-propos: «il faut savoir dans quelles conditions il l’a fait. L’a-t-il fait avec l’accord de son cabinet ? L’a-t-il fait avec l’accord de sa hiérarchie ? A quelles fins ?» mettant ainsi Michèle Alliot-Marie en porte-à-faux. Evidemment, MAM aurait pu avoir un intérêt à organiser ces fuites: au cours de l’été « Bettencourt », elle a ainsi ravi la place de favori à Matignon à Eric Woerth. Et comme sur le dossier Clearstream, on voit mal son cabinet travailler dans son dos, sans la prévenir.

François Fillon lui-même, fin distillateur de sa parole publique, s’est étonné des « fuites à répétition » émanant du cabinet d’Alliot-Marie… avant de préciser que le suivi de cette affaire n’était pas son sujet. Une manière de botter en touche vers Élysée. Une manière surtout, de peser sur le remaniement ministériel annoncé pour début novembre. Moi-même ne parvenant pas à conclure, je vous laisserai faire votre propre opinion sur ce sujet. Simplement, il aurait peut-être mérité que la presse s’y attarde un peu plus. Sûrement même…

Mise à jour à la suite d’un portrait de L’Express paru le 11 janvier 2012: Devant les juges chargés de l’enquête sur les « fadettes », le 5 janvier 2012, David Sénat a estimé que son amitié avec Jean-François Gayraud, un ex-commissaire de la DST évincé par son patron Bernard Squarcini (mis en examen pour son rôle dans l’affaire des fadettes le 17 octobre 2011), dont l’enquête a permis de lever le voile sur certains intermédiaires mystérieux de la République, ne l’a « pas aidé ».

Nota >> Cette enquête aurait dû donner lieu à un portrait de David Sénat, publié dans le Figaro Magazine fin septembre 2010. L’enquête a du moins été menée sous cette étiquette. Avant d’être abandonnée, faute d’avoir suffisamment de sources « on ». D’où aussi cette absence de conclusion.  Hugo Soutra (enquête avec D. Rizet)
Publicités
Comments
One Response to “David Sénat, obscur conseiller ou gorge profonde ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] David Sénat magistrat coupable à ses yeux d’avoir violé le secret professionnel (et accessoirement en froid avec le pouvoir). Malheureusement pour le patron du renseignement français, l’enquête de la juge démontre […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :